Projet : Distribution de lampes solaires au Burkina Faso

En 2016, la Banque Mondiale publie un rapport qui met en évidence une légère augmentation du taux d’électrification en Afrique. Toutefois l’utilisation privilégiée de la biomasse traditionnelle aux dépens d’autres sources d’énergies apparaît comme une ombre au tableau. Et pourtant, des alternatives, on en dénombre plusieurs sur le continent ! Certains acteurs institutionnels et privés optent dès le début des années 2000 pour le solaire. Pour cause, des chercheurs s’évertuent à démontrer le bien-fondé de ce type de démarche(s) en terre africaine. Le solaire suscite bien des émois puisqu’il solutionne des problèmes sur le plan atmosphérique. En intégrant le domaine des énergies renouvelables dans son champs d’intervention, THE ERA OF AFRICA entend contribuer à cette réflexion écologique qui a pu être qualifiée de « mouvance ».

Par le biais de conférences sur le sujet mais aussi et surtout en s’essayant, de manière factuelle, à cette entreprise, TEOA souhaite agir. C’est ainsi que fin 2016 germe l’idée de réaliser notre projet de distribution. La première centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest est ouverte au Burkina Faso, près de la capitale. Le projet entrepris se réalisera à l’endroit des populations environnantes, certainement d’ores et déjà initiées.
Dès les premiers instants, les membres décident d’adopter une approche « down up », basée sur une étude préalable de terrain.

Dans le but d’améliorer les conditions de vie des populations rurales et l’émergence d’activités économiques, The Era of Africa espère mener une initiative simple et meneuse d’espoir pour des populations en difficulté en se procurant 100 lampes solaires (équipées de prises électriques), afin de les distribuer au sein d’un village défavorisé. En premier lieu, l’objectif de notre projet est d’améliorer le niveau de vie d’à peu près 100 foyers de la commune de Komki Ipala, en visant surtout les femmes les plus vulnérables et leurs familles. Cela sera fait à l’aide de la distribution des lampes solaires qui leur permettront de maintenir leurs activités de maraîchage ou la préparation de leurs marchandises pendant la soirée. Les lampes auront pour conséquente directe une augmentation de l’épargne mensuelle à ces personnes par rapport au prix du fioul et leur consommation comme nous ont témoigné les habitants du village de Vipalogo. Nous entendons également la restauration du centre de santé et de promotion sociale (“CSPS) situé à Sabaa, un autre village non loin de la capitale, afin d’accueillir les habitants dignement avec un nouveau matériel médical et disponible durant la soirée également grâce aux lampes. Le second but du projet est de sensibiliser les habitants sur les énergies vertes et leurs bienfaits ainsi que de réduire les niveaux de toxicité liée à l’utilisation des lampes à gaz.

Ils seront également sensibilisés aux techniques de cuisson alternatives. Ce projet a pour but d’être inclusif, c’est à dire d’inclure tous les parties concernées dès la conception et ce jusqu’à la réalisation du projet. Le fournisseur des lampes, l’entreprise LAGAZEL est implantée au Burkina Faso. Sur le plan de la prospection et du suivi, nous nous sommes associés à Play & Give qui est aujourd’hui une association reconnue au Burkina Faso et en France, dont l’objectif principal est d’améliorer autant que possible le quotidien d’enfants burkinabès démunis. Enfin Nafa Naana, entreprise sociale locale sera chargée d’intervenir de manière subsidiaire sur le plan technique. En donnant corps aux souhaits profonds des populations africaines, en les accompagnant de bout en bout, les membres de TEOA s’octroient le « droit » de servir une noble cause qui appellera d’autres projets en la matière.

Fermer le menu